L'édition de livres audio

Publié le par Gwendoline

Le marché est marqué par l’héritage des pionniers des années 1980, qui ont vu une première floraison de sociétés après la disparition des acteurs des années 60-70. Quelques rares maisons subsistent de cette époque, la plupart avec un catalogue prestigieux, appuyé essentiellement sur des titres libres de droits et sur les prestations de comédiens célèbres. Mais certains ont également développé une approche éditoriale originale avec des acteurs spécialistes : conteurs, lecteurs, voix radiophoniques.

Depuis la fin des années 90, de petites structures sont apparues un peu partout en France ; elles fournissent des titres aux réseaux de distribution, lesquels sont en général aux mains des plus gros éditeurs. Beaucoup disparaissent ou végètent avec une production parcimonieuse de quelques titres par an, voire un titre tous les deux ou trois ans. Dans le même temps, ce sont aussi quelques labels du disque traditionnel qui, inquiets de voir leur marché péricliter, ont développé une stratégie de diversification culturelle comportant la création d’un département consacré au texte sonore.

A chaque nouvelle vague de créations, c’est la même rengaine : quelques passionnés de littérature orale ou proches de personnes qui ont des difficultés à lire font un tour dans les pays anglo-saxons ou en Allemagne, constatent la prospérité du secteur dans ces pays, et décident de plier le marché français à ce remarquable objet culturel.
Mais voilà, les conditions de production et de diffusion sont bien différentes : la TVA qui discrimine le disque, les tarifs très préférentiels d'achat pour les organismes culturels, la culture bien gauloise du prêt voire du piratage, la segmentation du public par le niveau élevé des prix, la résistance des distributeurs soumis aux pressions des grandes maisons d’édition papier, le mépris affiché de nombreux acteurs du monde de la culture (bibliothécaires, documentalistes, …) pour un objet perçu comme un « sous-livre », le scepticisme des chagrins en tous genres qui déclarent que le livre audio est soit l’apanage d’une sorte d’une poignée impécunieuse d’intellectuels excentriques soit un douteuse manigances d’incubes et succubes sans âmes qui voudraient étouffer dans l’œuf tout désir de la « noble lecture solitaire » sans remuer les lèvres, l’absence totale de sensibilisation et d’éducation à ce média, l’inexistence d’une acculturation quelconque des critiques…. Tout cela fait que, même à coup de millions, de plans marketing dispendieux (le dernier Harlan Coben qui sort simultanément in folio  et in audio, Gallimard Jeunesse qui emploie Bernard Giraudeau à la lecture d’Harry Potter), l'hypothèse de rentabilisation d'une collection demeure très hasardeuse.

Toutefois la déferlante numérique est en train de secouer le secteur et de grands groupes ont investi massivement pour créer de nouvelles structures depuis le milieu des années 2000 (Gallimard avec "Ecoutez Lire" et maintenant Hachette et Albin Michel avec "Audiolib"). C’est aussi ce phénomène de la convergence technologique qui motive de nouveaux entrepreneurs totalement étrangers au marché à s’y positionner dès maintenant, en vue de la prévisible vague de fusions-acquisitions de catalogues à suivre. J’ai suivi en 2003 un projet entrepreneurial, au sein d’un Executive MBA de l’ESSEC, d’une poignée de managers issus d'écoles d'ingénieurs, décidés à percer dans ce marché.
La donne a par ailleurs  changé, car les (dé) politiques culturelles font que les petits indépendants ne peuvent plus vraiment tenir sur le fond de clientèle habituel (association, bibliothèques, proportion du lectorat cible qui connaît et achète) et les éditeurs sont maintenant contraints de remporter le pari du grand public pour rentabiliser leurs produits.

Les orientations sont très variées : entre ceux qui mettent l’accent sur le texte – culture élitiste ou démocratisation, culture du masse pour individus itinérants, accès aux loisirs pour déficients visuels ou mal lettrés, choix du texte intégral brut ou adaptation et habillage sonore, militantisme pour le verbe et marchandisation renforcée pour best-sellers et acteurs de renom, précis de management pour VRP nomade, etc . Les petites maisons travaillent le plus souvent avec leur studio – quand elles n’ont pas été même fondées ou co-fondées par un ingénieur du son. De plus grosses ont uniquement un rôle de producteur et c’est donc leurs prestataires, les directeurs artistiques des studios d’enregistrement, qu’il faut identifier. Enfin la plupart des grands éditeurs papier, en particulier les spécialistes (sciences humaines, médecine, psychologie, ….) ont une activité éditoriale audio.

Entrer dans l’univers du livre lu implique donc d’explorer un univers très mouvant, aussi bien du côté des maisons audio que des studios spécialisés, le secteur des voix-off dans son ensemble, les acteurs traditionnels de l’édition et de l’industrie du disque, et surtout les libraires spécialisés. Il faut connaître quelques vétérans passionnés de théâtre, tel Arnaud Mathon ou Edgar Haddad, ainsi que les très nombreux acteurs associatifs qui s’efforcent de relayer la diffusion de ces produits afin de faciliter les recherches d’un lectorat qui est encore majoritairement un public de personnes âgées ou malvoyantes. Ces associations s’orientent soit dans un travail de bibliothécaire, soit produisent elles-mêmes, avec comédiens bénévoles et textes libres de droit : rechercher dans GOOGLE des « livres audio gratuits » donne quantités de contacts. Bref, c’est un secteur assez compliqué, à suivre de près.

Publié dans Encyclopédie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

John 08/06/2008 21:38

article très pertinent sur un secteur méconnu. les problèmes de distribution sont biens vus. Etant un petit éditeur de livre audio (www.compagniedusavoir.com), je précise plusieurs choses :
- la question de la qualité est importante: l'adaptation en livre audio et l'interprétation est très inégale suivant les éditeurs. le travail est parfois baclé, avec des comédiens médiocres, un son déplorable, et souvent il n'y a pas de direction artistique digne de ce nom. Ca peut découragé des clients.
- pour donner quelques chiffres, le secteur du livre audio c'est 20 000 clients réguliers en France, 20 millions d'euros de CA en comptant large. aux USA, c'est 1 milliards de dollars en 2007 (source : APA, audiobook publishers association). Ca laisse rêveur.
- Proust en livre, Taxe de l'Etat de 5,5%, Proust en livre audio, taxe de 19,6%. Bonjour Ubu. ces 15% confisqués, c'est notre marge, notre santé économique.
- le développement du téléchargement payant ouvre des perspectives intéressantes pour les éditeurs : plus de pressage, plus de taxe SDRM (env. 9% sur le prix de vente, somme percue bien avant les 1eres rentrées d'argent), plus de stocks, plus de retours, de frais postaux, moins d'intermédiaires, etc. Par contre tant qu'on pourra "voler" les biens culturels (disques, films, livres sonores, etc) sans risque par le téléchargement illégal, pourquoi payer ? l'inaction des pouvoirs publics sur ce sujet est destructrice, économiquement parlant.
Je pourrais continuer longtemps à parler sur le secteur m'enfin bon...Bien à vous, John