Just a little bit of educational linking (draft, to translate)

Publié le par Gwendoline

A mes amis qui, nombreux, ont commencé récemment d'explorer le phénomène Anonymous, il me faut fournir un peu d'aide :

 

A. Parce que du retard, vous en avez pris, et pas qu'un peu. 

En gros, vers le milieu des années 1990, c'était le bon moment pour commencer à se former. En plus clair, dès le début du XXIe siècle, ça devenait même assez critique*. 

Et depuis la seconde moitié de la décennie écoulée, Anonymous avait une forme aussi bien capable d'action que susceptible de répression policière*. 

Donc, voilà, quand je disais la semaine passée que le métier de chercheur/producteur, ça ne s'improvise pas, vous comprenez que vous auriez eu tout autant le temps de faire votre cursus complet de médecine, externat et internat inclus !

 

B. Parce que la l'expression est plus libre que libérée, et que le droit de s'informer encore un devoir mal éclairé, je vous connais, vous avez farfouillé dans votre coin, et vous avez mis le petit doigt en plein dans une mélasse glougloutante de haikus plus ou moins activistes, parfois taoïste, parfois universellement aimant -et même jusqu'à tendre la joue gauche !, et surtout : foncièrement complotisto-conspirationniste.

 

Et là, je ne vous ai pas oublié, selon les situations, vous vous êtes (cocher la rubrique applicable)

1- prudemment retranché dans l'expectative circonspecte

2- avachi dans le susnommé gloubiboulga,

3- la même ET avez commencé d'offrir vos propres marottes plus ou moins neutralisées (plutôt moins que plus, malheureusement)**

4- ou vous avez fait appel à la fortune de votre oncle d'Amérique, posé un congé sabbatique, réquisitionné une équipe de secrétaires volontaires, et commencé à être un petit peu sérieux sur les questions de décryptage des médias.

 

Là, comme la mention 4- est minoritaire, voire utopistes, je sais que ce post en a déjà perdu pas mal d'entre vous en route. Cependant, il faut que je m'adresse en priorité ici aux apprentis-sorciers qui ont coché 2- ou 3-.

 

C. Si vous persistez à penser Anonymous est ceci ou cela, vous n'avez toujours rien compris. Jusqu'à nouvel ordre, on ne peut pas dire d'un tout qu'il est la somme de ses parties, c'est scientifiquement débile. Si vous vous permettez de le dire, garde, certaines parties viendront effectivement faire un peu de ménage.

Si vous surfez sur la vague Anonymous pour continuer de "dénoncer d'odieuses manipulations décennales, ou centenaires, ou millénaires....", dont le faisceau ressort toujours, bien unilatéralement (beurk) à [ouvrir les guillemets avec des pincettes et rayer toutes les mentions inutiles]: - "le" gouvernement américain et sa CIA/NSA/FBI - "le" djihad millénaire - "l' " ultra-sionisme (en général sous-main de "toute" la production médiatique, capitaliste et étatique planétaire, excusez du peu) - "la" contre-manipulation des forces de vérité par les obscures puissances de l'argent - "les" fascistes du jour, "leurs" alliés maçons, en union incivile avec "les" cathos opposés au mariage pour tous et prêts à se rebouffer "du" Luthérien - 

.................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... Pardon, les chiottes sont pas tout à fait à côté de la machine à écrire.

Donc, si d'aventure vous vous êtes pris les pieds dans le tapis de délire décrit plus haut,

1, vous êtes probablement en train de vous commettre sur des pages qui sont des FAKE Anonymous et pour votre propre bien, vous feriez mieux d'en dégager.

2. vous êtes priés de consulter votre généraliste et votre psy dans les plus brefs délais,

3. votre première résolution ce matin gagnerait beaucoup à se centrer sur une petite bouffe entre potes, ou quelques semaines d'art-thérapie,

4. vous êtes vivement priés d'indexer, référencer vos lectures et de vous rendre dans la première bibliothèque pour mômes de votre bled,

5. vous voici instamment priés de cesser tout de suite la moindre forme de parole publique jusqu'à complète exécution des points 1 à 4.

Ce n'est pas un ordre, c'est une demande et une injonction.

A moins que vous ne préfériez qu'on vous coupe l'internet ?

 

D. Pour ceux qui ont coché  1- ou 4- au titre B.

Je recommande l'article partagé ci-après comme sujet de recherche en direction d'une authentique vidéo d'Anonymous. Si vous gardez bien la tête froide et le coeur léger, et si vous avez un minimum de pratique internautique, cela devrait suffire à vous permettre de mieux démêler l'ivraie de nos aliments.


Attention, LA vidéo d'Anonymous susmentionnée est parfaitement propre sur un plan graphique et fortement chargée d'émotion, pensez donc aux plus sensibles avant de partager.


DÉCENCE ET LÉGITIME ÉMOTION NE SONT PAS EN VIGUEUR CHEZ DE MULTIPLES BARBOUILLEURS DU SUJET,
aussi veuillez éloigner les enfants des écrans

avant d'avoir réellement vérifié.

Screen Shot 2015-02-01 at 15.49.50

 



-----

*Anonymous, corrigez s'il vous plaît.

** Pourquoi ?  Parce que ces marottes sont:

- documentées hélas de sources de SECONDE MAIN dans 98% des cas,

- ou estampillées au tampon imbécile "c'est [le/la collègue/voisin/arrière-grand-mère de ma/mon xxx] qui a vu UN [yyy]", voué à une portée inductive, universelle, imprescriptible, à peu près du même tonneau galopant que la rumeur d'Orléans...

- et reliées selon une méthode assimilable à la technique holistique-pointilliste, sans être jamais passé par l'école du Louvre ou s'être fait enfermer des nuits entières dans des musées, je vous jure que ça ne rend pas bien !

Publié dans Sorties

Commenter cet article