Glossaire d'histoire hispanoaméricaine


Tertulia : c'est la forme privilégiée de sociabilité dans le monde hispanique des XVIIIe et XIXe siècles, une société informelle d'amis qui tiennent salon et discutent de sujets extrêmement variés, principalement littéraires, scientifiques, ou politiques.

Cabildo : organisme municipal traditionnel dans le monde hispanique.

Le constitutionnalisme historique représente, entre le "parti" libéral et celui de l'absolutisme, le réformisme modéré espagnol, qui passe par une "restauration des anciennes libertés", au moyen d'une reconstruction historique valorisant les institutions représentatives médiévales conçues comme une "constitution", c'est-à-dire un ensemble de lois fondamentales à opposer à la fois au pouvoir absolu du monarque, et à la constitution fondatrice oeuvre du peuple souverain que recherchent les "Jacobins".

Société Biblique de Londres : la vocation de cette association est de diffuser le protestantisme anglican, ou plus généralement le libéralisme chrétien, projet dont Blanco semble avoir été un bon vecteur en Amérique.
de Juan Pablo Vizcardo. Ce texte, rédigé en exil en Italie vers 1790-92, est publié en français par Miranda, à Londres (sous faux achevé d'imprimé à Philadelphie), en 1799, puis traduit en espagnol et imprimé en 1811, toujours à Londres. Il s'impose en tant que véritable anthologie des griefs américains envers l'Espagne et du brassage des inspirations théoriques en vigueur dans les milieux éclairés des Indes espagnoles.

Les Cortes sont dans le monde hispanique l'équivalent des Etats généraux en France. Traditionnellement convoquées (mais plus de longue date) par ordre mais aussi émanant de la structure nodale clé de l'Ancien Régime espagnol, le pueblo (village ou peuple, qui correspond à la collectivité territoriale élémentaire), des Cortes extraordinaires sont organisées dans le cadre de la résistance espagnole à l'Etat napoléonien, dès 1810. Il s'agit principalement de fonder en légitimité la réassomption du pouvoir par la Junte Centrale, et ceci, précisément dans le but, tout stratégique d'un point de vue économique et militaire, de s'assurer du loyalisme des Indes, ébranlée par le cataclisme bonapartiste et l'insolence mercantile du pouvoir qui tire les ficelles de la Junte péninsulaire - le corps des négociants gaditans. La grande affaire politique, c'est bien la représentation des pueblos "créoles" à ces Cortes. La fracture à ce sujet détermine l'insurrection des Juntes hispanoaméricaines, cependant que, à l'image des Etats généraux convoqués par Louis XVI vingt ans plus tôt au sein de l'autre royaume bourbon, l'organisme constitutionnel de mandataires d'Ancien Régime mute en une Assemblée nationale constituante de députés indépendants.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :